A propos de vos verres

Comment trouver les verres qui vous correspondent ?

L'offre des verres est très large mais comment choisir les verres qui vous correspondent le mieux ? En fonction de vos besoins et de vos contraintes.

Les matériaux

Il en existe trois

Le verre minéral :  C'est le matériau historique, il n'est presque pous utilisé aujourd'hui car trop lourd et trop fragile (le verre est cassant). Par contre, ses qualités optiques restent indéniables et il peut être indiqué pour les fortes corrections (il doit dans ce cas être aminci).

Le verre organique :  Il s'agit d'une résine de synthèse largement utilisée aujourd'hui. Ces verres sont légers et plus minces, les verres organiques, donc plus confortables. Ils peuvent se monter sur tous les types de montures. Ils peuvent être facilement amincis. 

Le verre polycarbonate  :  Là encore il s'agit d'un matériau de synthèse, il est incassable et très léger. Nous le recommandons pour pour les enfants ou pour les activités sportives.

Les types de verres

Les verre unifocaux :  Les unifocaux sont des verres simples, qui ne permettent de corriger qu’un seul défaut de vision : la myopie, l’hypermétropie, l’astigmatisme ou, passé la quarantaine, la vision de près pour la presbytie.
Peu onéreux, le verre conventionnel sphérique offre un bon rapport qualité-prix.
Il remplit parfaitement sa mission pour les petites corrections.
Plus plat, plus mince, le verre asphérique offre un champ de vison élargi avec une réduction des déformations à la périphérie du centre.
Il apporte un vrai confort de vue pour les fortes corrections ou lorsqu’il existe des différences importantes de correction entre les deux yeux.

Les verre progressifs :  Les verres progressifs corrigent la presbytie, ce vieillissement naturel de l’œil qui apparaît autour de 45 ans, mais aussi d’autres troubles visuels (myopie, hypermétropie, astigmatisme) qui peuvent lui être associés.
Le principe est de réaliser sur un seul verre toutes les corrections nécessaires à la vision de près comme de loin, en passant par toutes les distances de vision intermédiaires, sans aucune rupture.
C'est un véritable challenge technologique car la combinaison de plusieurs puissances dans un même verre entraîne des déformations des images sur les côtés et des effets de tangage lors des changements de position du porteur de lunettes.
Autre point important: la partie inférieure du verre, dédiée à la lecture, où la vision n’est pas nette.
Pour y parvenir, le surfaçage point par point permet de faire varier très progressivement la géométrie du verre et passer en douceur de la vision de loin à la vision de près selon les différentes postures de la personne, notamment dans le cadre d’activités en vision rapprochée (lecture, activités minutieuses, etc.).
Le port de verres progressifs peut nécessiter une période d’adaptation, surtout lorsqu'il s'agit des premiers verres progressifs.

Les verre mi-distance ou intermédiaires :  Ils sont conseillés pour les presbytes débutants qui n’ont pas d’autres défauts de vision. Ils peuvent aussi être très utiles en équipement d’appoint pour les porteurs de progressifs. Ces verres disposent d’une large plage de vision qui va de la zone de lecture jusqu’à 1,50 m environ, très utile dans certaines situations de la vie courante lorsqu’une correction intermédiaire est nécessaire (pour les activités manuelles ou au bureau pour travailler successivement sur un écran, sur un dossier et avec un collègue, par exemple).
Au-delà, ils seront totalement inefficaces et peuvent entraîner des sensations de vertige ou des erreurs d’appréciation des distances. Attention : le rapport entre la correction intermédiaire et la correction de la vision de près est limité, ce qui diminue l’intérêt de ces verres dans le cas de forte presbytie.

Faut il amincir les verres ?

Plus la correction de la vision est forte, plus le verre sera épais. Une caractéristique qui nuit à l’esthétique et limite le type de monture adapté. C’est là qu’intervient l’indice de réfraction qui mesure la déviation d’un rayon lumineux lorsqu’il traverse la matière. Plus cet indice est élevé, plus la puissance de correction est importante. Or plus le verre est mince, plus cet indice augmente. La solution consisterait donc à amincir systématiquement les verres, mais cette technique ne présente pas que des avantages : l’augmentation de l’indice de réfraction entraîne une perte de qualité de la vision sur les côtés (éloignement du centre optique du verre) et des phénomènes d’aberration chromatique. Cela peut provoquer des difficultés importantes d’adaptation pour les porteurs. De plus, les prix augmentent rapidement en fonction de l’importance de l’amincissement. « Pour les petites corrections, il n’est pas nécessaire de choisir le verre le plus aminci, sauf en cas de monture percée ou à fil nylon (style nylor) », explique un opticien.

Les traitements additionnels

Certains traitements apportent un véritable plus.

Ainsi, l’antireflet améliore la netteté, le contraste et la précision de vision. L’avantage est aussi d’ordre esthétique. Grâce à sa transparence, l’antireflet permet à la personne qui vous regarde de voir vos yeux. Il existe toutefois différentes gammes d’antireflet dont l’efficacité varie selon le prix. Généralement, le traitement antireflet contient un traitement durcisseur qui limite les rayures lors de l’essuyage des verres sans pouvoir les empêcher totalement.

Les traitements hydrophobes et antisalissures facilitent le nettoyage des verres,.

Enfin, l’antibuée, il élimine la condensation sur le verre, résultant d’un passage rapide du froid au chaud, ou dans un environnement humide.

Pour vous aider à faire le meilleur choix au meilleur prix toute l'équipe d'Optique Côté Vue sera à votre disposition.

Ajouter un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Balises HTML autorisées : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.